Publié le Laisser un commentaire

Soutien au Professeur Fourtillan, de nouveau incarcéré

Pour la

Nouvelle France

Avec Rémy Daillet-Wiedemann

Nous dénonçons la nouvelle arrestation (encore !) du Professeur Fourtillan

25/11/2021

Vidéo créée par le mouvement de Rémy Daillet-Wiedemann en soutien au professeur, publiée en mai 2021

Le professeur Fourtillan est de nouveau arrêté le 9 novembre alors qu'il s'apprêtait à parler à la presse

Lors de sa précédente arrestation, une pétition demandant sa libération avait également été lancée et a rapidement obtenu plus de 7000 signatures.

Le professeur a d’abord été psychiatrisé puis arrêté, pour être ensuite mis en liberté assortie d’une assignation à résidence avec bracelet électronique. Excédé par le coût financier et moral de cette mesure, le professeur avait décidé d’aller parler à la presse, ce avant quoi il fut arrêté le 9 novembre 2021.

Nous renouvelons notre soutien à ce chercheur indépendant, qui dénonce les abus liés à l’injection en phase de test sensée prévenir du COVID, et qui soigne véritablement grâce à ses solutions médicamenteuses, qui découlent de sa découverte de l’hormone du sommeil, la valentonine, en 1994.

La rédaction

Publié le 4 commentaires

Les lettres de Rémy

Pour la

Nouvelle France

Avec Rémy Daillet-Wiedemann

Les lettres de Rémy

15/11/2021

Rémy Daillet-Wiedemann crée une association de Détenus pour la Défense des Personnels Pénitentiaires

Voici une des copies de la déclaration de cette association à l’OIP (Observatoire International des Prisons). Elle était contenue dans une de ses lettres datant du 4 octobre et postée par la maison d’arrêt le 2 novembre 2021.

Retranscription:

Monsieur le Directeur de l’observatoire international des prisons (OIP)

Nous venons de créer une association de Détenus pour la Défense des Personnels Pénitentiaires. Outre les demandes que font ces personnels sans être beaucoup entendus (et les syndicats ne suffisent pas à la tâche), les répercussions de la situation actuelle sur les détenus sont évidentes. Des surveillants qui, par exemple, sont mal payés, ce sont des attitudes qui les exposent à plus d’insécurité. Malgré la qualité générale de ces personnels, qui est indiscutable si on la compare à d’autres pays, le manque de moral ou le sentiment d’insécurité ne sont guère propices à des situations apaisées. Les agressions, hurlements, déprédations auxquels j’ai le plaisir de goûter et qui ponctuent les jours et les nuits des détenus ne peuvent qu’amener des troubles et aggraver une balance que l’institution judiciaire est sensée faire pencher du coté de l’ordre humainement nécessaire. Beaucoup de sujets sont en cause et notamment l’inqualifiable durée à rallonge des mandats de dépôt mais également les signalements fait par les surveillants qui ne sont pas suffisamment pris en compte, faute de moyens. Une rage de dents n’est toujours pas considérée après 3 mois. Une crise cardiaque ne pourrait être connue qu’après plusieurs heures.

L’insuffisance de la répression des petits délits conduit aux grands : le sentiment d’impunité part toujours de très peu. Plein de détenus sont des gens très bien, ils se sentent menacés; certains le sont explicitement. Idem pour les surveillants couverts d’injures. Il y a lieu de réduire les hostilités. Plus d’impunités, c’est davantage de délits dehors, et donc plus de cas dans les tribunaux, et donc des délais à rallonge que subissent les « prévenus » innocents par définition. De même, augmenter le nombre de prisons ou de moyens répressifs, c’est faire augmenter la pression fiscale, et donc de l’impôt, le chômage, la tension sociale, la pauvreté, et donc plus de violences conjugales, de trafics en quête de prix plus bas, de budgets plus réduits et donc de mal-façons etc. et donc, plus de cas devant les tribunaux.

Soit l’équation « plus de moyens = plus d’impôts = plus de délits = moins de moyens »
Il faut moins de policiers, moins de prisons, moins de prisonniers, et donc restaurer le pacte social, et cela passe par des agents plus satisfaits, mieux formés, plus entendus……et progressivement moins nombreux.

(Page 2)

Un agent satisfait vaut trois agents insatisfaits. Il s’agit donc de miser bien plus sur les hommes et les femmes que sur les matériels. Et entre nous, avec 4 maisons de force en 1789 contre des centaines aujourd’hui, où est le progrès ?

L’éducation joue, le savoir-faire, l’économie joue, la liberté et le respect du régime jouent, c’est tout l’Etat qu’il faut refonder. On fait le contraire exactement. D’un côté une sévérité excessive vis à vis de certains citoyens et des « cas » fabriqués pour les besoins d’une cause sécuritariste à la mode, d’un autre un excès de tolérance, donc.

Laissez-moi vous dire que les pays où il y a le moins d’insécurité sont aussi les pays où d’une part il y a une grande sévérité avec le désordre produit sciemment (allez insulter un policier tunisien…) et où d’autre part on voit très peu de policiers, ce qui fait moins d’impôts, plus de travail, moins d’oisiveté et de pauvreté et donc moins de délits.

Au lieu de mettre en prison Jean Valjean qui ramène Cosette à sa mère Fantine ou de faire des procès à la liberté d’expression, de créer la notion de prisonniers politiques dans nos pays où elle était strictement prohibée, les États doivent réapprendre la morale du Droit et relire le Code Pénal.

Là se trouve un énorme désengorgement des prisons. Si les prisons sont une école de lettres des détenus contre l’autorité publique et que vous multipliez ces écoles, que vous les remplissez, alors soyez sûr que le problème deviendra une submersion par le crime.
Les détenus sont des populations très variées qui subissent des situations qu’ils n’ont pas forcément méritées. Si les détenus sont plus confiants, les surveillants le seront aussi. Si les surveillants le sont, les détenus le seront à leur tour à nouveau.
Qui a la main sur cette situation au quotidien ? Les personnels pénitentiaires : ils sont ceux sur qui le système se repose, et le bouclier de chaque détenu.

J’espère, Monsieur le Directeur, que vous soutiendrez cet effort et vous prie d’agréer mes salutations, certes emprisonnées, mais distinguées,

Rémy D-WIEDEMANN

 

Sur l'affaire des sous-marins, Lettre de RDW du 14 octobre, envoyée par la MA le 28 octobre.

Cette fois-ci nous vous retranscrivons uniquement la lettre manuscrite de Rémy en texte recopié sur ordinateur. Vous reconnaîtrez le style de l’auteur.

« Un mot au sujet de l’affaire des sous-marins à froid. Cette affaire remet une fois de plus à jour la grande question de l’alliance aveugle de la France avec les États-Unis qui, depuis 1940, est une longue suite de duperie, de faux semblants et de vassalisation.

La « France » non seulement n’est plus souveraine, ce que chacun sait, mais elle doit demander l’autorisation aux USA chaque autorisation de produire un armement, de déplacer des navires, de réaliser une vente d’armes.

Les politiques français se gargarisent de notre alliance avec les USA en évoquant des menaces russes ou chinoises bien pratiques et largement surenchéries par les campagnes de presse anglo-saxonnes, et par ailleurs largement dues aussi aux provocations américaines à peu près partout avec les quelques milliers de cantonnements et bases militaires américaines dans le monde.

Ces politiques oublient totalement que la France a eu un empire qui faisait d’elle une puissance navale bien plus importante que les USA, que ces derniers la lui ont fait perdre en 1945 alors que la France était sensée se considérer comme l’un des vainqueurs du conflit. Les USA nous ont fait perdre l’Indochine, l’Algérie puis presque tous nos points de présence africains au cours de la seconde moitié du XXes. Les USA ont littéralement orchestré l’abandon de très nombreux programmes civils et militaires français. Je porte une grande affection pour le peuple américain mais je pointe son gouvernement de même qu’en « France » je distingue la Nation et le Gouvernement.

Jouer la surprise aujourd’hui et les « vierges effarouchées » révèle 1 la naïveté française, quoi qu’en dise Mme Parly, puisqu’on continue à rester vassaux de cette mésalliance et il faut voir avec quelle ignominie on emboîte le pas aux anglo-saxons pour attaquer russes et chinois qui, qu’on le veuille ou non , représentent bien plus l’avenir que des USA faillitaires et en pleine décadence 2 l’incapacité à mémoriser les événements au fur et à mesure 3 l’aveuglement volontaire idéologique 4 l’inexistence de moyens de pression sur les USA et des moyens d’une indépendance ainsi que la veule l’acceptation de règles qui sont imposées unilatéralement par les USA pratiquant la politique de la poignée de main accompagnée d’une matraque.

Quelles sont les solutions ? Profitons de ces incidents successifs pour A créer des outils de pression B créer des outils d’espionnage et de veille C créer des organismes de formation des politiques D rééquilibrer nos alliances E récupérer notre indépendance intégrale et non seulement dans le domaine de la défense E, etc.

Il est évident que ces points imposent de refonder le régime et donc abolir l’actuel. Le jacobinisme est une machine à perdre, il faut y mettre un terme. »

Rémy Daillet-Wiedemann, depuis sa cellule, le 14 octobre 2021

(MAJ: Ajout de la retranscription pour l’association de Détenus pour la Défense des Personnels Pénitentiaires)

Publié le 2 commentaires

Nous dénonçons les conditions de détention inhumaines de Rémy Daillet-Wiedemann

Pour la

Nouvelle France

Avec Rémy Daillet-Wiedemann

Nous dénonçons les conditions de détention inhumaines de Rémy Daillet-Wiedemann

07/11/2021

Nous dénonçons les conditions de détentions inhumaines que subit actuellement Rémy Daillet-Wiedemann en France.

Rémy Daillet-Wiedemann, dans la prison où il est détenu actuellement, est privé de voir un dentiste, ce qu’il demande depuis maintenant quatre mois. Cela peut occasionner, dans certains cas, des complications graves.

Il est également interdit de voir ses enfants depuis le début de sa détention provisoire.

Aussi, sa cellule n’est pas chauffée et il n’y a pas d’eau chaude. Ses lettres sont envoyées par la maison d’arrêt parfois un mois après avoir été postées (ex : lettre datée du 4 octobre envoyée le 2 novembre, lettre datée du 14 octobre envoyée le 28 octobre). Nous sommes également informés que de nombreux virements destinés aux frais de cantine de R.D.-W. sont rejetés.

Nous rappelons que fin mai 2021, alors que lui et sa famille vivaient en Malaisie, les autorités françaises, en demandant à ce que l’ambassade de France en Malaisie ne délivre pas une lettre indispensable au renouvellement du visa de R.D.-W. et de sa famille, ont menacé sa famille de façon injuste, alors que le mandat d’arrêt international le concernait lui seul.

Ce faisant, les autorités françaises ont menacé la vie de deux bébés, dont un porté par sa femme enceinte, alors que la famille dormait à même le béton dans la cellule malaisienne où elle était détenue. Cela dépasse de loin les peines prévues dans le Code Pénal.

L’abus continue et nous le dénonçons car il le faut. C’est le silence qui permet à cela de continuer, silence que favorise aussi la campagne de presse à charge exagérée dont R. D.-W. fait l’objet – au mépris d’un exercice serein de la justice et de la présomption d’innocence.

La rédaction

Publié le Laisser un commentaire

L’antithèse du système : enfin un homme politique qui souhaite la fin des hommes politiques

Pour la

Nouvelle France

Avec Rémy Daillet-Wiedemann

L’antithèse du système :
enfin un homme politique qui souhaite
la fin des hommes politiques

03/11/2021

Nous sommes en 2010. Rémy Daillet-Wiedemann explique dans quelles circonstances il a vraiment été exclu du MODEM. Un épisode qui montre déjà ses valeurs et son engagement. Vidéo censurée de Youtube peu après sa publication.

Comment avoir confiance en des hommes politiques qui n’ont aucun lien avec la réalité du peuple, voire font le jeu d’une caste d’oligarques ?

Quelques exemples : François Hollande, membre des Young Leaders de la French American Foundation (FAF), Emmanuel Macron, membre des Young Global Leaders (affilié au World Economic Forum de Klaus Schwab) ou encore Olivier Véran, membre des Young Leaders de la France China Foundation (on comprend mieux pourquoi il tient à ce point aux mesures de contrôle social).

À la place de tels « représentants », Rémy Daillet-Wiedemann propose un changement radical : la fin de l’homme politique tel qu’il existe actuellement, remplacé par un conseiller du peuple qui connaît véritablement le travail de celui-ci. Le peuple seul vote toutes les lois.

« Encore un qui nous baratine » dites-vous ? Certains des politiques actuels échappent déjà à la prison pour leurs crimes, alors que R.D.-W. est en prison pour sa vertu, pour son combat contre les placements abusifs d’enfants et sa volonté de rendre la France à son peuple, dans son intérêt supérieur. Il est l’homme politique de ceux qui ne croient pas aux hommes politiques.

Cette vidéo compile certaines interventions de Rémy Daillet-Wiedemann au sujet des politiques.

Voici les mesures que propose, entre autres, Rémy Daillet-Wiedemann pour changer en profondeur la conception de l'homme politique et le système politique actuel en tant que candidat à l'élection présidentielle de 2022 :

Proclamation de l’inutilité des politiques, création d’un régime populaire à exercice direct, référendaire, législatif, judiciaire, sous contrôle de l’assemblée nouvelle.

Restauration immédiate du statut du peuple souverain. Le peuple gouverne directement, extinction du système politique. Généralisation du système référendaire, participation directe à l’exercice législatif et judiciaire. Consultation nationale étendue et de droit.

• Refonte des attributions et pouvoir des mairies selon les meilleures propositions des Cahiers de doléances.

• Diminution drastique du nombre d’élus, maintien du nombre à parité fixe avec le nombre d’habitants.

• Diminution du nombre de fonctionnaires administratifs d’Etat et territoriaux à parité fixe avec le nombre d’habitants, engagements déontologiques stricts. Quasi-suppression des personnels des institutions centrales (chambres parlementaires, cours etc.).

• Limitation du cumul et des renouvellements des mandats.

Indexation des revenus du politique sur ses activités réelles et la croissance.

Suppression du droit d’auto-amnistie parlementaire, révisions des amnisties précédentes, lancements des procédures de réparation.

Interdiction de la discipline des partis, suppression des quorums pour la constitution des groupes.

Etablissement d’un monarque, représentant la souveraineté populaire et assurant la perpétuation des éléments fondateurs sacrés de la Nation, ayant pouvoir de s’opposer à une loi au nom des principes sacrés de la Nation, disposant d’un pouvoir judiciaire étendu et régalien, capable de dissoudre des organisations non-institutionnelles ou de dessaisir des personnes, quelles qu’elles soient, sans procédure, au nom des mêmes principes. Il est ab-soluta, absolu, c’est-à-dire sans lien à aucun lobby ou contre-pouvoir, il est libre. Nulle chambre n’a préséance sur lui.

Le peuple a le pouvoir de déposer le monarque s’il le demande à concurrence de 80% des voix.

Le monarque est issu d’une assemblée de gens formés dès le jeune âge à tous les métiers du peuple, par les métiers et choisi en son sein par l’ensemble des institutions et du peuple, à concurrence de 75% de voix du peuple et le reste aux institutions. Le monarque ne peut en aucun cas appartenir à quelque organisation politique ou assimilée que ce soit, il n’a le droit d’assister à aucune assemblée secrète à l’étranger, toutes ses dépenses se font sur ses fonds propres, il ne dispose pas de budget, sauf exception.

• Rétablissement d’une vraie Assemblée nationale, à nombre de parlementaires réduits (50 représentants maximum), en charge des lois décidées par le peuple.

Établissement de l’Assemblée des Sages (400p) désignés par les corporations (organisations des métiers) veillant à amender, conseiller, recomposer les lois décidées par le peuple et les mises en œuvre de l’Assemblée nationale.

Retrait général de l’État dans ses fonctions régaliennes : « C’est uniquement depuis la Révolution que l’État a pris en charge l’éducation, la santé, la culture, l’enseignement, la recherche, etc. Jusqu’à la Révolution, c’est l’Église qui se chargeait de tout (à l’exception notable de la charité publique, volée par les magistrats dans l’abominable arnaque de l’Hôpital-Général). L’État s’est chargé de tout après avoir dépossédé l’Église pour payer ses dettes, en n’ayant même pas pensé à la manière dont il financerait désormais ce qui avait été totalement gratuit puisque pris en charge par la dîme que payait le peuple pour le fonctionnement de l’Église. On a dû remplacer ces milliers d’ecclésiastiques, qui travaillaient gratuitement par vocation, par des fonctionnaires qu’on n’avait pas le premier sou pour payer (…). Avant la Révolution, tous ces services publics n’incombaient EN AUCUN CAS au roi ni à l’État. Et en fait, l’Église le faisait à la demande de la population, et non de l’État. En volant à l’Église le service public, l’État l’a volé au peuple, tout simplement (Marion Sigaut).

+ Instauration d’une juridiction populaire jugeant les fonctionnaires sur saisine des citoyens, avec perte du statut après deux condamnations prononcées. Fin, de ce fait, de « l’emploi à vie ».

+ Introduction de la responsabilisation des juges, qui sont élus tous les 3 ans et leurs revenus personnels corrélés à leurs résultats, selon votation des personnes qu’ils ont eues à juger.

 

Le terme « monarque » fait aisément controverse. R.D.-W. explique dans cette vidéo pourquoi il le reprend dans ses mesures.

On remarque que l’on a donc bien affaire à un monarque (qui a droit de veto) et des sages qui conseillent le peuple, qui lui seul vote les lois. Ensuite que les sages et le monarque connaissent le travail du peuple (le sage dans son corps de métier et le monarque formé à tous les métiers du peuple). Enfin, le peuple peut destituer le monarque sur vote spontané. Une responsabilisation bien nécessaire est aussi présente chez les fonctionnaires et les magistrats.

La rédaction

Article modifié le 12/11/2021: remplacement des vidéos censurées, ajout d’une vidéo supplémentaire, légère modification du dernier paragraphe.

Publié le 2 commentaires

Tenons bon !

Pour la

Nouvelle France

Avec Rémy Daillet-Wiedemann

Tenons bon !

01/11/2021

Une courte vidéo, récemment censurée sur Youtube...

Un renversement pacifique, c’est prendre le pouvoir le plus efficacement possible, avec l’objectif de ne pas verser une goutte de sang.

L’État a horreur que le peuple s’empare d’une telle idée. Rémy Daillet-Wiedemann, qui a amené cette idée, fait donc l’objet d’accusations extrêmes. C’est le sort des résistants des précédentes guerres (il n’y a qu’à regarder la propagande nazie).

À nous de persévérer. Nous devons entre autres, continuer à promouvoir cet homme afin que ses idées se popularisent comme elles le méritent, faisant se rapprocher le point de bascule. Le peuple meurt d’envie d’un tel renversement pacifique. Il faut le promouvoir sans relâche !

Cependant ce n’est pas juste de ses idées, mais aussi de sa dévotion toute entière à la cause de la France dont il faut parler. Son sacrifice donne foi en l’humanité, et donne l’exemple d’un chef véritablement engagé auprès du peuple, fort et honorable. Imaginez cent hommes comme lui, qui seul à dix-mille bornes a réussi à faire trembler le régime !

Are you not entertained? Is this not why you're here?

Sommes-nous juste amusés ? N’est-ce qu’un divertissement que d’être témoin de cet homme qui s’est battu, et continue à se battre, corps et âme pour nous dans l’arène ?

Ou bien, sommes-nous inspirés, et nous battrons-nous sans relâche pour les enfants de France et du monde, suivant l’exemple de cet homme, Rémy Daillet-Wiedemann ?

Chacun en jugera et agira en son âme et conscience. Il n’y a aucune peur à avoir, car l’hécatombe est déjà sur nous, et cela ne fera que s’aggraver. La seule crainte que l’on puisse avoir serait de devoir vivre face à soi-même, en ayant laissé faire.

Nous rappellerons simplement cette information récente :

Voilà le monde qui nous attend si nous ne faisons rien. Alors levons-nous !

À nos vrais résistants

Statut de l’envoi recommandé envoyé le 27 octobre à la destination de RDW demandant son avis sur les 25 mesures de Karl Zero pour combattre la pédocriminalité en France au 1er novembre 2021

Il ne faut pas oublier, non plus, les participants des événements de l’affaire qui a vu, à la demande de sa mère, la restitution d’un enfant abusivement placé. Une telle mère en fuite à l’étranger, pour les mêmes raisons, a témoigné sur le film de Karl Zero « 1 sur 5 ».

Cette affaire montre au grand jour la criminalité du régime et montre qui sont les vrais résistants de France. Une poignée d’hommes, oui ; mais s’il y en avait mille ? Que pourrait faire le pouvoir face à ce ras de marée de courage et de vertu ? Pour rappel, voici leurs noms :

Fabrice S. surnommé «  Roméo »,

Sylvain P. surnommé « Pitchoun »,

Clément R. surnommé « Corbeau »,

Bruno,

Adrien B. surnommé « Bouga »

Que ces hommes soient aujourd’hui mis à l’honneur pour ce qu’ils sont véritablement : des héros de la France de notre temps.

Fête de la toussaint

Enfin, en cette fête de la Toussaint, nous souhaitons revenir sur une des prises de position de Rémy Daillet-Wiedemann jugée extrême par certains : le « Démantèlement des monuments idolâtres « mémoriels » de la pensée officielle abolie, destruction de tout signe, ouvrage, œuvre, support quelconque ou bâtiment créé avec l’argent public à ces fins scélérates » (mesure 81). Nous pouvons faire un parallèle. D’un côté, ce véritable culte républicain morbide qui nous enferme dans une culpabilité tragique et sans fin, un avenir hanté par des plaies sans cesse rouvertes artificiellement par l’argent public ; de l’autre, cette tradition enracinée dans notre belle France vivante, qui célèbre tous les saints qui ont existé, connus ou inconnus, lesquels ont été sans exception des hommes et des femmes de pardon.

La Toussaint est la fête par excellence des Bien-heureux : sans nier notre condition mortelle, elle ouvre notre regard vers un horizon de bonheur. Elle est bien différente en cela de ces commémorations plaintives, factices et politiciennes. Comme l’écrit Rémy Daillet-Wiedemann : « Nous réconcilierons l’homme et le réel. Le vivant contient les réponses. Le réel est vie. Nous voulons une civilisation de la vie. Nous la déclarons sacrée, alpha et oméga de la civilisation renouvelée. »

Français, résistez, tenez bon et gardez courage.

Pour la France !

La rédaction.

Publié le Laisser un commentaire

L’antithèse du système : libérer les français de la dette et de l’impôt

Pour la

Nouvelle France

Avec Rémy Daillet-Wiedemann

L’antithèse du système :
libérer les français de la dette et de l’impôt

30/10/2021

Un rêve ? Pour le politicien lambda qui ne fait que composer avec l’oligarchie, sans doute.

Mais pour un homme qui se voue corps et âme à rendre la France au peuple au point d’en être emprisonné, puis présenté comme l’ennemi public n°1 (alors que bien d’autres affaires sont étouffées), cet homme tiendrait-il, lui, ses promesses le jour venu ?

Au peuple d’en juger.

(Vidéo extraite de l’annonce du renversement populaire et pacifique du gouvernement français du 17 octobre 2020.)

Dans le domaine de la fiscalité, voici ce que propose entre autres Rémy Daillet-Wiedemann en tant que candidat à l’élection présidentielle de 2022 :

Annulation de la dette nationale pour toute la part de l’intérêt, moratoire sur le principal. L’Etat ne peut plus emprunter sur un terme dépassant 7 ans.

Suppression de 580 taxes (sur les environ 600), impôts, droits, prélèvements, contributions, versements et autres ou redevances, avec effet immédiat et rétroactif sur les 5 exercices précédents (dont suppression immédiate de la TVA, de la CSG, de toutes taxes sur la production d’énergie, de la Redevance audiovisuelle, de la Taxe d’habitation, de la Taxe Foncière, des Droits de succession. Baisse de la TIPP  — prix à la pompe). Création d’une TVA sociale (appliquée aux seuls produits d’importation)

Baisse immédiate de l’impôt sur le revenu des particuliers, baisse drastique de l’impôt sur les sociétés dont plus de la moitié du capital est détenu par de vrais Français

Augmentation provisoire de toutes les retraites à un niveau minimal net de 875€

• Annulation de toute amende (y compris contractée lors des dernières manifestations populaires non-syndicales, hors actes de déprédations et agressions, ou pour défaut de port du masque, interdiction renouvelée du masque) Annulation de toute amende liée au non respect du port du masque, du couvre feu, ou toute amende liée aux mesures sanitaires

Mise en panne de tous les radars routiers automatiques, démantèlement partiel du parc, abrogation de l’écotaxe; suspension et suppression de tous les compteurs télécommandés, rétablissement de l’obligation du contact direct entre fournisseur et client

Annulation des déficits personnels pour raison d’endettement passif des particuliers

• Contingentement de l’impôt territorial et national empêchement constitutionnel de créer de l’impôt sans définition précise. Créer de l’impôt est un délit.

Défiscalisation des échanges locaux libres

Défiscalisation totale et déréglementation des métiers à revenu précaire

Défiscalisation totale et déréglementation massive à prise d’effet immédiat pour les métiers de productions naturelles (agriculture, pêche, maraîchage) sous condition de production à bilan kilocalorique positif [10bis]. Suppression des contraintes sur les métiers (administratives, réglementaires, sécuritaires, etc.) au niveau de 1950 (sauf exceptions spécifiques)

Relance de la production d’énergies libres(défiscalisation), abandon de l’éolien et du photovoltaïque, et autres opérations de pure spéculation

Publié le Un commentaire

Combattre la Pédocriminalité en France : nous demandons l’avis de RDW sur les 25 mesures de Karl Zero

Pour la

Nouvelle France

Avec Rémy Daillet-Wiedemann

Combattre la Pédocriminalité en France :
nous demandons l’avis de RDW
sur les 25 mesures de Karl Zero

28/10/2021

Notre prise de parole en vidéo.

Transcription :

Le film de Karl Zero « 1 sur 5 » a secoué les réseaux sociaux, propulsant enfin la pédocriminalité au cœur du débat politique.

Rémy Daillet-Wiedemann a déjà proposé contre les réseaux pédocriminels « la pénalisation maximale de toute traite humaine » qui fait partie de ses 81 mesures. Son engagement contre les placements abusifs d’enfants, qui rappelons-le découlent entre autres de l’inversion des rôles entre bourreau et victime décrite dans ce film, n’est également plus à démontrer.

Aussi, Karl Zero et ses collègues proposent 25 mesures contre le fléau de la pédocriminalité en France. Nous avons senti, à travers son film, un appel aux candidats à l’élection présidentielle de 2022 demandant qu’ils s’engagent à prendre des mesures fortes sur ce sujet. Je vous annonce que nous avons donc adressé à Rémy Daillet-Wiedemann, par courrier à la prison où il est détenu, ces mêmes 25 mesures, afin qu’il puisse les commenter et exprimer sa position. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des suites. À moins que la justice française décide de détourner ce courrier pour des raisons de « sûreté de l’État. » Nous verrons bien.

Pour rappel, Rémy Daillet-Wiedemann s’est porté candidat à l’élection présidentielle de 2022, il est donc naturel qu’il puisse s’exprimer sur le sujet de la pédocriminalité en tant que personnalité politique.

La rédaction

Publié le Un commentaire

Interview inédite de Rémy Daillet-Wiedemann partie 5: la politique étrangère

Pour la

Nouvelle France

Avec Rémy Daillet-Wiedemann

Interview inédite de RDW partie 5 :
la politique étrangère

26/10/2021

Une interview inédite de Rémy Daillet-Wiedemann datant du 30 avril 2021 par le média indépendant Radio L’Ombre, que nous remercions pour un choix de questions très pertinent, couvrant l’ensemble du projet politique de R. D.-W.

Cette interview est diffusée en plusieurs parties, question par question, de façon hebdomadaire selon les possibilités de Radio L’Ombre.

Cinquième sujet, la politique étrangère. Un grand merci à Radio L’Ombre.

La rédaction

Publié le Un commentaire

Rappels concernant les récents événements

Pour la

Nouvelle France

Avec Rémy Daillet-Wiedemann

Rappels concernant les récents événements

19/10/2021

Au vu des récents développements, une clarification s’impose.

La position de Rémy Daillet-Wiedemann sur la violence

La position de RDW sur la violence est claire, il l’explique dans cette vidéo :

Deuxièmement, il suffit de l’écouter et de lire son projet politique pour constater que ses idées n’ont rien à voir avec le néonazisme (voir ses propositionsles vidéos).

Pédocriminalité d’élite

Ceci étant rappelé, nous attendons d’entendre l’État, la justice et les médias sur les affaires suivantes :

– La « justice politique » que dénonce l’ex-juge Claude Butin dans son livre « Ne faites jamais confiance en la justice de votre pays » (lien)

– Les placements abusifs d’enfants en général, dénoncés maintes fois (lien)

– François Camille Abello (lien + #abellofiles)

– Olivier Duhamel (ce dossier doit être ouvert à nouveau lien)

– Willy Rosenbaum (placement abusif d’enfant lien)

– Philippe de Nicolaÿ-Rothschild (viol et placement abusif d’enfant lien)

– Christian Arson, Jean-Luc Aschbacher (dossier au parquet de Montpellier) et Frédéric Nésenshon, ce cher monsieur franc-maçon qui a fait campagne pour LREM (lien)

– Réouverture du dossier de ce pédocriminel ancien de la DGSI qui a été bien trop protégé (lien + #CeciNestPasUnConsentementDenfant)

– Jérémie Ladreit de Lacharrière (lien)

– Jean-Luc Brunel, qui a livré des centaines d’enfants à Jeffrey Epstein, dont des enfants français (n°2 de la revue L’Envers des Affaires de Karl Zero voir lien) ? Cela demande au moins une certaine organisation. Peut-être même des « opérations militaires ».

Toutes ces affaires (et hélas bien d’autres) doivent être menées à la hauteur des valeurs que sont sensées représenter la république française. Ces réseaux doivent-être démantelés.

Nous assistons depuis trop longtemps à un silence pesant, à des enquêtes poussives. Cela ne constitue-t-il pas au moins une certaine violence ? L’État n’est-t-il pas complaisant des horreurs, que peu veulent voir ou entendre, mais qui pourtant se déroulent sur notre territoire ?

Rappelons aussi la souffrance actuelle, profonde, du peuple de France qui subit une politique dictatoriale aux injections géniques expérimentales, de contrôle social, mise en place par une opération de psychose de masse. Ce discours du 12 juillet et ce qui s’en est suivi, aurait-il servi aussi à enterrer toutes les affaires de pédocriminalité citées plus haut ?

On ne s’attendra pas à ce que le peuple se laisse faire.

Quant à nous, nous continuerons notre action politique (au sens noble du terme) pour la nouvelle France, sans dévier des valeurs desquelles nous nous revendiquons.

La rédaction

Pour la Nouvelle France

Publié le Un commentaire

Interview inédite de Rémy Daillet-Wiedemann partie 4: l’administration et le système politique

Pour la

Nouvelle France

Avec Rémy Daillet-Wiedemann

Interview inédite de RDW partie 4 :
l'administration et le système politique

18/10/2021

Une interview inédite de Rémy Daillet-Wiedemann datant du 30 avril 2021 par le média indépendant Radio L’Ombre, que nous remercions pour un choix de questions très pertinent, couvrant l’ensemble du projet politique de R. D.-W.

Cette interview est diffusée en plusieurs parties, question par question, de façon hebdomadaire selon les possibilités de Radio L’Ombre.

Quatrième sujet, l’administration et le système politique.

Un grand merci à Radio L’Ombre.

La rédaction