La Nouvelle France

Pour la

Nouvelle France

Avec Rémy Daillet-Wiedemann

Les lettres de Rémy

15/11/2021

Rémy Daillet-Wiedemann crée une association de Détenus pour la Défense des Personnels Pénitentiaires

Voici une des copies de la déclaration de cette association à l’OIP (Observatoire International des Prisons). Elle était contenue dans une de ses lettres datant du 4 octobre et postée par la maison d’arrêt le 2 novembre 2021.

Retranscription:

Monsieur le Directeur de l’observatoire international des prisons (OIP)

Nous venons de créer une association de Détenus pour la Défense des Personnels Pénitentiaires. Outre les demandes que font ces personnels sans être beaucoup entendus (et les syndicats ne suffisent pas à la tâche), les répercussions de la situation actuelle sur les détenus sont évidentes. Des surveillants qui, par exemple, sont mal payés, ce sont des attitudes qui les exposent à plus d’insécurité. Malgré la qualité générale de ces personnels, qui est indiscutable si on la compare à d’autres pays, le manque de moral ou le sentiment d’insécurité ne sont guère propices à des situations apaisées. Les agressions, hurlements, déprédations auxquels j’ai le plaisir de goûter et qui ponctuent les jours et les nuits des détenus ne peuvent qu’amener des troubles et aggraver une balance que l’institution judiciaire est sensée faire pencher du coté de l’ordre humainement nécessaire. Beaucoup de sujets sont en cause et notamment l’inqualifiable durée à rallonge des mandats de dépôt mais également les signalements fait par les surveillants qui ne sont pas suffisamment pris en compte, faute de moyens. Une rage de dents n’est toujours pas considérée après 3 mois. Une crise cardiaque ne pourrait être connue qu’après plusieurs heures.

L’insuffisance de la répression des petits délits conduit aux grands : le sentiment d’impunité part toujours de très peu. Plein de détenus sont des gens très bien, ils se sentent menacés; certains le sont explicitement. Idem pour les surveillants couverts d’injures. Il y a lieu de réduire les hostilités. Plus d’impunités, c’est davantage de délits dehors, et donc plus de cas dans les tribunaux, et donc des délais à rallonge que subissent les « prévenus » innocents par définition. De même, augmenter le nombre de prisons ou de moyens répressifs, c’est faire augmenter la pression fiscale, et donc de l’impôt, le chômage, la tension sociale, la pauvreté, et donc plus de violences conjugales, de trafics en quête de prix plus bas, de budgets plus réduits et donc de mal-façons etc. et donc, plus de cas devant les tribunaux.

Soit l’équation « plus de moyens = plus d’impôts = plus de délits = moins de moyens »
Il faut moins de policiers, moins de prisons, moins de prisonniers, et donc restaurer le pacte social, et cela passe par des agents plus satisfaits, mieux formés, plus entendus……et progressivement moins nombreux.

(Page 2)

Un agent satisfait vaut trois agents insatisfaits. Il s’agit donc de miser bien plus sur les hommes et les femmes que sur les matériels. Et entre nous, avec 4 maisons de force en 1789 contre des centaines aujourd’hui, où est le progrès ?

L’éducation joue, le savoir-faire, l’économie joue, la liberté et le respect du régime jouent, c’est tout l’Etat qu’il faut refonder. On fait le contraire exactement. D’un côté une sévérité excessive vis à vis de certains citoyens et des « cas » fabriqués pour les besoins d’une cause sécuritariste à la mode, d’un autre un excès de tolérance, donc.

Laissez-moi vous dire que les pays où il y a le moins d’insécurité sont aussi les pays où d’une part il y a une grande sévérité avec le désordre produit sciemment (allez insulter un policier tunisien…) et où d’autre part on voit très peu de policiers, ce qui fait moins d’impôts, plus de travail, moins d’oisiveté et de pauvreté et donc moins de délits.

Au lieu de mettre en prison Jean Valjean qui ramène Cosette à sa mère Fantine ou de faire des procès à la liberté d’expression, de créer la notion de prisonniers politiques dans nos pays où elle était strictement prohibée, les États doivent réapprendre la morale du Droit et relire le Code Pénal.

Là se trouve un énorme désengorgement des prisons. Si les prisons sont une école de lettres des détenus contre l’autorité publique et que vous multipliez ces écoles, que vous les remplissez, alors soyez sûr que le problème deviendra une submersion par le crime.
Les détenus sont des populations très variées qui subissent des situations qu’ils n’ont pas forcément méritées. Si les détenus sont plus confiants, les surveillants le seront aussi. Si les surveillants le sont, les détenus le seront à leur tour à nouveau.
Qui a la main sur cette situation au quotidien ? Les personnels pénitentiaires : ils sont ceux sur qui le système se repose, et le bouclier de chaque détenu.

J’espère, Monsieur le Directeur, que vous soutiendrez cet effort et vous prie d’agréer mes salutations, certes emprisonnées, mais distinguées,

Rémy D-WIEDEMANN

 

Sur l'affaire des sous-marins, Lettre de RDW du 14 octobre, envoyée par la MA le 28 octobre.

Cette fois-ci nous vous retranscrivons uniquement la lettre manuscrite de Rémy en texte recopié sur ordinateur. Vous reconnaîtrez le style de l’auteur.

« Un mot au sujet de l’affaire des sous-marins à froid. Cette affaire remet une fois de plus à jour la grande question de l’alliance aveugle de la France avec les États-Unis qui, depuis 1940, est une longue suite de duperie, de faux semblants et de vassalisation.

La « France » non seulement n’est plus souveraine, ce que chacun sait, mais elle doit demander l’autorisation aux USA chaque autorisation de produire un armement, de déplacer des navires, de réaliser une vente d’armes.

Les politiques français se gargarisent de notre alliance avec les USA en évoquant des menaces russes ou chinoises bien pratiques et largement surenchéries par les campagnes de presse anglo-saxonnes, et par ailleurs largement dues aussi aux provocations américaines à peu près partout avec les quelques milliers de cantonnements et bases militaires américaines dans le monde.

Ces politiques oublient totalement que la France a eu un empire qui faisait d’elle une puissance navale bien plus importante que les USA, que ces derniers la lui ont fait perdre en 1945 alors que la France était sensée se considérer comme l’un des vainqueurs du conflit. Les USA nous ont fait perdre l’Indochine, l’Algérie puis presque tous nos points de présence africains au cours de la seconde moitié du XXes. Les USA ont littéralement orchestré l’abandon de très nombreux programmes civils et militaires français. Je porte une grande affection pour le peuple américain mais je pointe son gouvernement de même qu’en « France » je distingue la Nation et le Gouvernement.

Jouer la surprise aujourd’hui et les « vierges effarouchées » révèle 1 la naïveté française, quoi qu’en dise Mme Parly, puisqu’on continue à rester vassaux de cette mésalliance et il faut voir avec quelle ignominie on emboîte le pas aux anglo-saxons pour attaquer russes et chinois qui, qu’on le veuille ou non , représentent bien plus l’avenir que des USA faillitaires et en pleine décadence 2 l’incapacité à mémoriser les événements au fur et à mesure 3 l’aveuglement volontaire idéologique 4 l’inexistence de moyens de pression sur les USA et des moyens d’une indépendance ainsi que la veule l’acceptation de règles qui sont imposées unilatéralement par les USA pratiquant la politique de la poignée de main accompagnée d’une matraque.

Quelles sont les solutions ? Profitons de ces incidents successifs pour A créer des outils de pression B créer des outils d’espionnage et de veille C créer des organismes de formation des politiques D rééquilibrer nos alliances E récupérer notre indépendance intégrale et non seulement dans le domaine de la défense E, etc.

Il est évident que ces points imposent de refonder le régime et donc abolir l’actuel. Le jacobinisme est une machine à perdre, il faut y mettre un terme. »

Rémy Daillet-Wiedemann, depuis sa cellule, le 14 octobre 2021

(MAJ: Ajout de la retranscription pour l’association de Détenus pour la Défense des Personnels Pénitentiaires)

4 réflexions au sujet de « Les lettres de Rémy »

  1. Merci.
    Effectivement, le style de Rémy DW est toujours aussi reconnaissable. Et appréciable… 🙂

  2. Partout où il passe Rémy D-Wiedemann remet les choses en place pour le bien commun…donnez-lui l’enfer, il en fera un paradis !

  3. Une analyse très aiguë et très profonde des évènements.
    La Nouvelle France initiée par un Grand Homme.

  4. SUPERBE ANALYSE

    BRAVO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *